Je viens de recevoir une proposition de participation à un concours pour parler du “Manager de demain” et cela me donne envie de partager ma vision du manager de demain avec vous.

 

Le manager de demain…

 

Déjà pourquoi la question ? J’aime beaucoup le fait que la question soit posée.  J’y vois là une belle prise de conscience.

Prise de conscience que le mode de management que nous connaissions jusqu’ici n’est plus adapté. Un peu comme un vêtement que nous avons acheté ado qui ne rentre plus 10 ans plus tard ou est fortement démodé, décalé, bref… il n’est plus adapté, ou s’il rentre de force et bien … il nous fait marcher bizarrement … vous voyez le genre ?

Ce management historique qui a conduit aujourd’hui :

  • à un nombre important de salariés considérés à risque ( risques psychosociaux, burnout, etc..),
  • au malaise, à la méfiance et à des relations professionnelles stressantes,
  • aux réticences aux changements/ transition dans les entreprises,
  • à la naissance de nouveaux métiers : Chief Happineness Officer, responsable Bonheur (oui oui j’ai vu ça!!), des opérations « Fun at Work » qui pour moi sont intéressants pour distraire quand l’entreprise est déjà un endroit où il fait bon vivre, mais pas pour répondre au mal-être en lui-même….
  • à l’avènement de la notion de QVT pour Qualité de Vie au Travail.

Alors oui il est temps de se poser la question et de la poser aux bonnes personnes : NOUS ! Les personnes qui sont sur le terrain.

Poser les questions c’est bien, mais être prêt à entendre les réponses et opérer les changements de fond, c’est autre chose. Je ne pense pas qu’une transformation d’entreprise, un changement de stratégie puisse mieux passer à coup de « fun at work », de chef du bonheur etc… car ce dont ont les ce sont des racines, une Maison (sécurisante, où règne la confiance, et où l’on peut exprimer son potentiel).

Les salariés ont besoin de connaitre la nouvelle adresse que l’entreprise a entré dans le GPS. Ils ont besoin de prendre la mesure des impacts pour eux, pour ensuite adhérer (ou non) en toute liberté et en conscience. Autrement dit:

  • être considéré,
  • avoir le sentiment d’être libre et,
  • être capable de donner du sens à ce qu’ils font.

Alors le manager de demain dans tout ça?

Il a pour moi une multitude de qualités mais la première est qu’il est en phase avec lui-même. Il se connait et de ce fait, il a développé de la tolérance, bienveillance et de l’empathie naturelle envers lui-même et envers les autres. Et NON NON NON ça n’en fait pas un Bisounours bien au contraire!!!. Cela le rend puissant, cohérent et surtout congruent => il va inspirer confiance et obtenir rapidement l’adhésion de ses équipes.

J’ai récemment entendu Laurent Sarrazin, coach agiliste parler « d’hôte ». Le manager est vu comme un hôte. Je trouve cette image parfaite ! Le manager avec les devoirs d’un hôte. Il reçoit ses collaborateurs et les invite à partager un bout de chemin avec lui. Il est hospitalier et accueillant. Repensez aux qualités de votre dernière maison d’hôte: un bon accueil chaleureux, une présence sans

lourdeur, de la discrétion mais toujours présent en cas de besoins. Le bon hôte, indique les “trucs” sympas du coin mais cela vous donne juste une indication. Il vous fait gagner du temps mais libre à vous de suivre ou non, d’adapter la visite à vos goûts et de vous concocter une proposition 100% adéquate. L’hôte est là pour vous aider en cas de difficulté car il connaît tous les services du coin, tous les bons plans et les services d’urgence.

Donc le manager de demain est un hôte.

Le manager de demain est compétent ! Et oui !! Demandez aux salariés combien trouvent leur managers compétents… je pense que nous serions étonnés (ou pas 😉 !). Sa compétence lui servira à faire progresser son équipe, à donner un éclairage supplémentaire mais en aucun cas ne le mettra en position de surpuissance. Dans ces cas-là, il redevient le manager d’hier (il sait, et les autres ne savent pas). Celui de demain sait et mais il sait aussi qu’il a beaucoup à apprendre de collaborateurs compétents, il les repère et fait évoluer son équipe.

 

Le manager de demain est inspiré par ce qu’il fait et donc motivé ainsi il devient inspirant pour ses équipes.  Il a de l’énergie et reste ouvert car il a soif d’apprendre et de partager. Une info ? il l’a partage et la fait germer. Il est un booster de cerveaux, il donne envie à ses collaborateurs de donner le meilleur d’eux-mêmes. Il créer des entrepreneurs au sein de l’entreprise : des intrapreneurs.

 

Il dit ce qu’il pense et fait ce qu’il dit. Ça parait tout bête mais pour beaucoup de personne que j’ai rencontré cela fait souvent défaut.

Il valorise les esprits qui osent, proposent, et surtout il valorise l’échec. Ainsi il crée un vivier de créativité sans limite. Son ego ne l’empêche plus de mettre en avant des idées et des solutions qui ne viennent pas tout droit de sa tête.

Il créé une équipe qui s’adapte rapidement aux changements et qui a compris que dorénavant les contextes changeants et les évolutions rapides de technologies sont la norme. Les façons de travailler sont sans cesse en mouvement et le manager accompagne ces évolutions.

Dans ce contexte de transitions successives et souvent structurantes le manager de demain aura créé une atmosphère de confiance qui permet à ses collaborateurs de l’alerter en cas de danger sur le terrain (au lieu de craindre sa réaction). Il gagne donc en efficacité car il peut compter sur ses équipes pour lui délivrer une information qui pourrait constituer un risque. En retour ce manager assure également une parfaite circulation de l’information.

 

De ce fait il est en mesure de représenter la vision de l’entreprise, en d’autres termes il connait l’adresse que la Direction a entré dans le GPS. Il est en mesure de relayer les messages forts mais surtout de les incarner. Il transmet par sa posture. (avec pour postulat de départ que la Direction a saisi une adresse claire et précise dans le GPS !)

En résumé, le manager de demain est un leader inspiré et donc inspirant. Il évolue dans un contexte mouvant, du fait des nouvelles technologies, des nouvelles législations et de l’évolution des besoins des clients. Dans ce contexte il aura créé un environnement de confiance, bienveillant et qui favorise l’émergence de nouvelles idées et l’intelligence collective.

Il a compris que ses émotions, son intuition ne sont pas des signes de faiblesse mais lui permettront au contraire d’être puissant.

Il est donc en mesure de déceler les signaux faibles d’alerte de son équipe et de les traiter avant qu’ils ne prennent de l’ampleur.

 

Ce manager arrive à faire tout cela grâce à trois éléments clés :

  • Il connait SA Maison. Il est puissant (bienveillant, serein et entreprenant)
  • Il est en confiance et aligné avec les choix de la direction
  • Il s’estime et estime les autres

 

Si vous voulez définir Votre Signature, et aller plus loin alors n’attendez plus! Contactez-moi!

C’Koya coaching c’est aussi des conférences-ateliers et des formations en entreprise pour les managers alors faisons connaissance pour partager ensemble un bout de chemin!

A très bientôt sur le site de C’Koya Coaching!

Patricia

 

Revenir aux articles du blog