[stm_personal_info title=”Meghan Lost 146 Pounds and 16 Sizes” css=”.vc_custom_1518432777008{margin-top: 50px !important;margin-bottom: 30px !important;}”][stm_personal_info_item text=”Ludwine” title=”L’aventurière:”][stm_personal_info_item text=”Petite trentaine” title=”Son âge”][stm_personal_info_item text=”Rebondir après mon burnout et trouver une voie professionnelle qui me donnera envie d’agir” title=”Sa problématique:”][/stm_personal_info]

Le récit de Ludwine sur son parcours de développement personnel après son burnout

Pourquoi un coaching ?: Fin 2015 : je commence (enfin) à accepter que je traverse une période difficile et suis en plein “burn-out”.

J’arrête toutes mes activités professionnelles et associatives et essaye de me trouver des méthodes pour me rétablir. Les deux années qui suivent je tente différentes choses : je pars d’abord en “mini-retirement” de 3 mois en Asie en mode sac à dos pour m’ouvrir à de nouvelles cultures et expériences humaines. Je me fais suivre par une psychologue du travail, j’essaye le yoga et la méditation pour reposer mon cerveau. Puis je quitte Paris et m’envole pour Londres pour un an, pour couper avec ma vie d’avant et réaliser l’un de mes rêves. Je me mets à la peinture, une autre forme de méditation, et fais des petits boulots à mi-temps.

Ces expériences m’aident à récupérer, mais pas à 100%. J’ai toujours des soucis de mémoire, de concentration et surtout du mal à me lancer dans un projet dans le temps.

Loin de cette personne que j’étais, une fonceuse, une bosseuse, toujours à 100% dans tout.

 

Courant 2017, sentant que je fais du sur-place, je commence à réfléchir à de nouvelles façons d’avancer…

…et c’est à ce moment là que l’opportunité d’un coaching se présente un peu par hasard en parlant avec Patricia.

En parlant avec elle, j’ai vu le coaching comme un moyen d’aller plus loin dans mon chemin après “burn-out”, mais aussi la possibilité d’avoir un “partenaire de route” qui saurait rebondir en pointant des choses pertinentes et m’aider à réaliser par moi-même des blocages.

Je pense que sans coaching j’aurai pu avancer, mais il m’a permis de mettre un pied sur l’accélérateur et de me booster. Et comme je pataugeais, c’était le bon moment de me lancer !

 

Pourquoi avoir choisi Patricia en particulier et pas quelqu’un d’autre?

  • Son expérience et vécu du burn-out premièrement => difficile de se faire comprendre par des personnes qui n’ont pas expérimenté cela.

Trouver le bon coach n’est pas forcément facile, car être coaché c’est savoir faire confiance à la personne qui nous coach, être capable d’accepter certaines réalités et rebondir. Il m’était important de trouver un coach qui pourrait comprendre mon expérience du burn-out, et avoir une grande sensibilité pour être à même de réellement comprendre mes mots.

Le choix de Patricia a été assez simple car ayant elle-même expérimenté le burn-out, nous avons de suite été connectée et j’ai senti qu’elle comprenait sincèrement mes mots et mes émotions.

Aussi je pense que fait qu’elle soit passée par cette expérience de vie et en ait fait une expérience positive, m’a rassurée et m’a donné confiance en elle, en plus d’être une source d’inspiration.

Le “avant / après” coaching… 

Avant de commencer le coaching je vivais à Londres pour améliorer mon anglais et faisais des petits travails à temps partiel (serveuse, cours de français privé) pour reprendre une activité doucement et à mon rythme.

Côté professionnel, je n’avais pas trop de perspectives.

Dans ma tête j’étais en train de quitter difficilement mon ex-domaine : le développement informatique. Et j’avais des idées un peu folles dans le domaine artistique et les voyages.

Je dis un peu folle car plus proche d’un rêve un peu irréalisable qu’un vrai projet. Car justement, l’un des impacts de mon burn-out est la difficulté de me lancer sur des projets, synonyme de “travailler”, “passer du temps”, “donner de l’énergie”.

Et dans ma tête rien que d’y penser ça me fatigue d’avance. Bref je suis plus en mode “au jour le jour” et ai du mal à me projeter et m’engager dans le temps. J’ai du mal à me faire confiance et à croire que je peux rester motivée sur le temps.

Tout au long du coaching, je dialogue et partage mes envies, mes “projets-rêves” à Patricia, pour en fait réaliser que c’est tout à fait accessible.

J’y vais donc étape par étape, et chaque nouvel entretien avec Patricia, je le vois comme une nouvelle étape à passer.

C’est l’idée de la montagne à gravir : ce que l’on veut c’est arriver au sommet. Regarder directement le sommet, ça peut être décourageant. Mais découper le chemin vers le sommet en plusieurs étapes ça rend la montée bien plus simple ! Alors à chaque call avec Patricia, je me préparais une nouvelle petite étape à franchir et je notais les précédentes étapes passées. En 4 mois de coaching ma vie a beaucoup changé.

Mon doux rêve de faire des illustrations et de les vendre s’est réalisé.

Mes peintures se vendent dans trois magasins à Londres. J’ai aussi monté mes propres workshop pour enseigner l’aquarelle.

Et puis cette idée de voyage qui trottait dans ma tête a enfin trouvé une vraie place dans ma vie : j’ai décidé de partir entre 3 et 4 mois par an en voyage. En ce moment je suis en Asie où je visite le Japon puis Taïwan et Hong Kong sur 4 mois.

A mon retour, j’ai de nouveaux projets qui m’attendent et cette fois je n’ai pas peur de me lancer.

Ce que le coaching a rendu possible

Ce coaching en plus de m’aider à concrétiser certains des mes projets, m’a aidé à prendre conscience de choses essentielles à mon bien-être : écouter mon corps et pas que ma tête. Les deux ensemble sont bien plus forts.

J’ai aussi pris conscience de l’importance de respecter mon “écologie personnelle et professionnelle” : il y a des valeurs qui me sont essentielles et lorsque je me lance dans un projet, l’équilibre doit être respecté, au risque que je ne me sente pas bien sur ce projet.

J’ai également appris à comprendre les signes que mon corps et ma tête m’envoient et à en faire des alliés : maintenant je me sens armée pour identifier des situations qui pourraient me mener à un burn-out ou une situation à risque.

 

Concernant mon après burn-out, 3 ans après

Tout n’est pas encore réglé à ce jour mais je vois les progressions et surtout je vois mon burn-out comme un événement très positif. Ça a été dur, physiquement et moralement, mais ce qui en est sorti est en fait très positif. Il m’a permis de stopper la spirale dans laquelle j’étais et de découvrir de nouvelles passions, plus en accord avec mes réelles aspirations.

Aussi je pense que j’étais un bon candidat au burn-out car très dévouée, perfectionniste et passionnée par ce que je fais. Je réalise maintenant que ces qualités peuvent être mes ennemies lorsque excessives.

J’ai tendance à croire que si mon corps me dit quelque chose, ce n’est pas par hasard. Ma première réaction a été de minimiser ce qui m’arrivait et j’ai perdu du temps à essayer de me sur-adapter à un cadre qui ne me convenant pas. Je me suis vraiment poussée à bout. J’ai trouvé mon “mini-retirement” très sain et utile pour me couper de mon quotidien juste après mon burn-out : être loin de tout et dans un cadre dépaysant m’a aidé dans un premier temps. Mais ça n’a pas été suffisant.

Le coaching m’a lui aidé à aller plus loin, mieux comprendre qui j’étais et à me relancer dans une vie active sans crainte. L’expérience du “burn-out” de Patricia et sa sensibilité ont été je pense l’une des clés de la réussite de ce coaching. Je n’ai trouvé que de très rares personnes pouvant vraiment comprendre ce que je traversais et je me suis sentie très seule. J’ai aussi eu du mal à me confier et trouver des informations pertinentes sur le sujet. Mes calls avec Patricia ont été de vraies bouffées d’oxygène car enfin j’ai pu partager ce que je ressentais et surtout être comprise.

Si vous passez par un burn-out, je vous direz de vous laisser du temps pour ne rien faire, de ne pas sous-estimer ce qui vous arrive et d’en parler.

Ce coaching vu depuis mes yeux:

Lorsque je rencontre Ludwine il s’agit d’échanger simplement sur le burnout, la rassurer, lui donner des astuces et de fil en aiguilles elle me demande si je peux l’accompagner.

Ludwine est en effet la candidate idéale au burnout: brillante, enthousiaste, perfectionnée, minutieuse, dévouée et soucieuse du travail bien fait.

Les séances ont été à chaque fois l’occasion de prises de conscience, d’actions, d’engagements, de prises de risques pour sortir de cette zone de confort pas si confortable!

Pour à l’arrivée, atteindre ce qui était impensable au démarrage… exercer le métier de ses rêves et voyager.

Un métier sur mesure à son image, fait dans le respect de sa personne et forcément ça paie!

La peur? elle nous a accompagnée, vous le savez maintenant, j’adore discuter avec les peurs ce sont mes partenaires et pour une fois, elles ont enfin la place qui leur est due: du coup elle nous le rend bien!

Merci pour ce beau récit et ce beau partenariat en coaching.

J’ai eu des nouvelles de Ludwine très récemment et bien qu’au Japon, ses toiles continuent de se vendre à Londres et elle a de beaux projets et une belle énergie pour les prochains projets en France et/ou à Londres.

 

 

Et vous? où en êtes vous? Vous avez envie de faire le point? Une pause qui vous permettra le temps d’un instant d’explorer vos fondations et partir à votre découverte? Une exploration qui loin de vous faire perdre du temps, vous fera dépasser vos limites actuelles pour aller vers ce que vous désirez réellement! Un jour vous direz: Mon burnout, Ma chance!

Contactez-moi  simplement au 06-62-59605-35.

 

A très bientôt

Patricia

[stm_personal_result_photo photo_before_id=”639″ title_before=”Before” photo_after_id=”640″ title_after=”After” css=”.vc_custom_1518512852038{border-right-width: 50px !important;}”]