Le coaching au service des enfants TDAH/HP

LE pouvoir des notes à l’école (pour un enfants TDAH/HP) (suite et fin)

Retrouvez la première partie de l’article  en cliquant ici

 La question de la note est importante parce que celle-ci dispose de sacrés pouvoirs (pas surpers du tout):

 Pour commencer , voici le retour d’experience de mon “grand mini” sur ce premier trimestre de notes:

 J’ai cru tout le trimestre que ma moyenne était à 6 alors qu’en réalité elle est à 13.

Le fait de penser que ma moyenne était à 6 pendant le trimestre ça m’a rabaissé.

Au final je me suis battu pour avoir une meilleure note. Même lorsque j’ai une mauvaise note je me dis que je ferai mieux au prochain devoirs.

J’ai découvert que j’étais déterminé grâce à ma maman. Elle m’a fait réaliser que les notes ne vont pas changer ma personne mais qu’elles servent juste à savoir ce que je sais pas trop et ce que je sais plus.

Imaginons que j’ai une moyenne de 18 en math et 14 en Français, ça voudra dire que je dois travailler davantage mon français et rester concentR2 sur les math sans me dire que c’est trop facile. Ca veut dire que je dois continuer à me concentrer en math et que je me mette à réfléchir à fonds en francais.

Au début la note représentait tout pour moi: ce que j’étais, ma vie, ma personnalité et mon intelligence.

Quand j’ai eu un 4 en EMC maman m’a dit que la note ne déterminait pas ce que j’étais en général. Du coup j’au eu comme une sorte de déclic: si j’ai une mauvaise note, ça ne change pas ma vie.

J’ai compris que si j’ai une mauvaise note, ça ne change pas qui je suis et comment ils vont m’aimer.

Quand j’ai eu mon 2, j’ai été très très triste. Je me suis senti rabaissé avec l’impression que je fournissais des efforts pour rien. Maman puis mon docteur qui suit mon TDAH à l’hopital m’ont dit que ma dictée était bien et que je perdais mes points que sur les fautes d’ortographe. J’étais content et je me disais que la prochaine fois je ferai mieux.

J’ai vraiment compris que j’étais une bonne personne même si j’avais eu une mauvaise note.

Mes 3 parents (ma maman, mon papa et mon beau-papa) m’ont beaucoup dit qu’ils m’aimaient beaucoup. Ils me l’ont montré aussi en me faisant plein de calins, j’ai compris qu’ils n’étaient pas déçus de moi et qu’ils gardaient confiance en moi.

Ca m’a fait du bien et ça m’a donné envie de continuer à faire toujours mieux!

Si je devais donne un conseil à tous les enfants: Si vous avez que des mauvaises notes, vos parents ils vous aimeront toujours.

Et, à tous les parents:  si votre enfant a de mauvaises notes dites lui de garder courage, il finira par avoir une bonne note.

Aujourd’hui je continue à travailler pour avoir des bonnes notes pour ma propre fierté

et si j’ai une mauvaise note, ma fierté ne se casse pas en deux, je garde confiance en moi malgré la déception. Et puis bien sur, quand je dis tout ça, je ne dis pas qu’il faut qu’il faut avoir de mauvaises notes, mais si on en a c’est pas la fin du monde et au contraire on travaille pour soulever cette moyenne!

Mon mini déjà bien grand

 

Je suis fière de lui, de sa maturité et de sa détermination. Poursuivons donc sur les “pas supers” pouvoirs des notes. J’en vois 6 à ce stade et je vous donne une clé facile à utiliser pour contrer ces pouvoirs en fin d’article!

1. Le pouvoir de teinter de gris la belle œuvre colorée qui représente la vie de nos enfants

 

 

Les jours suivant la note, il est agité. Il est souriant mais je sens que quelque chose cloche.

Il est plus dur avec son petit frère, voit les choses sur leur versant négatif.  Il prend tout pour lui.

Un soir, il fait tomber le lego de son petit frère : c’est l’explosion.

Il a des propos qui m’inquiètent, il dit ne pas nous mériter, qu’il ne fait que des erreurs, qu’il n’y arrivera jamais.

« La note a le pouvoir de jeter un voile gris sur leurs yeux et de faire naître des idées noires avec l’accumulation des signes perçus comme négatifs pour l’enfant. »

 Je prends rendez-vous chez une psychologue spécialiste des troubles de l’apprentissage avec son accord.

Je ne peux pas laisser un petit être aussi extraordinaire, sensible, altruiste, malin, et intelligent douter de la beauté de sa personne tout ça parce qu’il ne sait pas écrire masure ou l’amabilité avec l’apostrophe.

et je vous l’écris en rouge amour

2. Le pouvoir de laisser croire à l’enfant qu’elle est là pour le définir,…

 Lors d’une de nos discussions, je lui demande d’où part ce mal-être que je crois voir en lui.

Je lui demande si je peux faire une hypothèse, et il m’y autorise.

Pour moi la note (le 2), avait encore un impact sur lui. Que ça l’avait touché profondément en tant que personne.

Il me répond plutôt souriant : bein tout ce qu’on a dit après la note ça m’a rassuré oui et j’ai compris, vraiment ça m’a fait du bien mais je ne sais pas…… il y a quelque chose au fond de moi qui va pas.

Je lui dis: ça t’a touché dans ce que tu penses de toi, dans ce que tu es ?

Il lève les yeux et me dis: oui c’est ça…

Et là je lui dis juste que je comprends ce qu’il ressent. Notre rendez-vous psychologue arrive j’ai confiance en elle.

3. Mais n’a-t-elle pas le pouvoir de faire croire aux adultes qui entourent l’enfant qu’elle le définit aussi ?

En effet, cette sensation (je suis ma note) peut se confirmer si à la maison lorsque l’enfant présente sa note, il peut lire de la déception. Ce sera la même chose si au contraire à la vue de son 18 il peut lire de la fierté, de la satisfaction qu’il va interpréter comme de l’amour.

Nous arrivons donc à : je suis ma note et on m’aime pour cela. Ou encore quelque chose comme grâce à ma bonne note, je vais voir de l’amour dans les yeux de mes parents. (interprétation de l’enfant)

Tout cela à un moment où l’enfant construit son identité et à un moment où, nous le savons, nos croyances sur le monde qui nous entoure et sur nous-mêmes se forgent.

En rentrant à la maison je lui dis quand même ceci : que tu aies un 2 ou un 17 tu es mon fils et je t’aime.  La note, personnellement je m’en fiche, ce qui me touche c’est l’effet qu’elle a sur toi. Cette note, elle dit juste si tu as compris ou non une leçon sur la base de questions posées à un moment défini. Et dans ton cas ce n’est même pas vrai car selon l’heure, les conditions de l’évaluation, l’intérêt pour la matière, le prof etc… tu peux ne pas avoir la note que tu mérites et qui va reconnaître tes efforts.

 4. La note a le pouvoir de donner une impression de vérité absolue sur ton niveau d’intelligence.

Sait-on réellement ce qu’est l’intelligence ? Avoir 17 en Math et en français ou être capable de se débrouiller avec logique quelle que soit la situation de la vie réelle en faisant preuve de créativité ?

Je laisse cette question ouverte même si l’Ecole a choisi sa réponse et certains parents aussi.

Mon fils me racontait avec beaucoup de compassion et d’empathie que pour l’un de ses copains, la note minimale autorisée pour lui pour la semaine d’évaluation à venir était 17.

J’entendais le copain grâce au haut-parleur, se confier sur un ton abattu. J’étais fière des réponses et de l’écoute de mon chouchou qui compatissait sincèrement avec lui et lui demandait si c’était pas un peu dur.

En tant que parent nous cherchons tous la réussite pour notre enfant : mais doit on plaquer sur notre enfant notre définition de notre réussite ? Vous êtes-vous déjà demandé ce que signifiait réussir ?

Et pourquoi voulons-nous à tout prix que nos enfants soient des génies sur cheval de bois ? Y voyons-nous un aspect génétique qui dirait que s’il est un génie alors par effet de bord nous aussi et notre arbre généalogique tout entier ?

5. La note a également le pouvoir de vous ruiner une soirée en famille

Son copain lui expliquait que sa maman avait « pété un câble » parce que les 15 et les 1’ n’étaient plus suffisants.

Vous avez aussi surement, comme moi, des souvenirs de soirées entachée par une mauvaise note, non ?

6. La note => On dit c’est que l’intention qui compte….vraiment?

Non.

Je suis convaincue de la bonne intention de l’enseignante. Elle ne cherchait pas à lui infliger tout cela, je le sais. D’ailleurs je trouve son cercle pédagogique fort bienveillant à ce stade et je sais aussi que le fait que l’enfant prenne si mal sa note n’est pas ue du fait des enseignants (C’est un pierre trop facile à jeter)

Pourtant le mal est bel et bien fait et nous, les parents sont ensuite seuls pour gérer les conséquences avec nos moyens.

Seuls pour gérer leur enfant mais aussi ne l’oublions pas: seuls pour se gérer eux-mêmes.

Car cette note a également du pouvoir sur les parents: en êtes-vous conscients? c’est un point que je pourrai développer dans un prochain article!

Dans le cas de mon fils je sais que les choses devraient évoluer. Et ce suite à la mise en place du PAP, et suite aux recommandation du médecin en Français notamment sur la notation positive.

Plusieurs semaine après cet événement, il a démarré les séances avec la psychologue qui est en effet extra, il a eu de bonnes notes et une mauvaise en anglais qu’il a su nous présenter sans s’y identifier et en reconnaissant ne pas avoir préparer l’évaluation. Ce n’est pas qu’il ne voulait pas la préparer l’anglais est une de ses matières préférées mais il a oublié car s’est concentré tout le week-end sur l’évaluation du lendemain en français.

Je reprends enfin Idriss Aberkane sur le pouvoir d’appauvrissement de la diversité mentale de la note.

La note a le pouvoir d’œuvrer pour l’Appauvrissement de la diversité mentale car même si dans l’idée il donne la bonne réponse ou une perception qui oui est propre, se défend et va plus loin ou va différemment à la solution alors il n’aura pas les points.

Sachez que dans la vraie vie, il y a de très fortes chances que sa réponse soit la plus appropriée !

A méditer donc

“Notre éducation est à notre cerveau ce que l’agriculture industrielle est à la plantation.” Idriss Aberkane

Ne l’oubliez pas:)!

En tant que parent, enseignant ou accompagnateur:

N’oublions pas de valoriser la diversité de pensée, les constructions de réponses originales, les idées que vous n’aviez pas eu mais fonctionnent peut-être aussi!

 Le rôle des parents vis-à-vis de la note est donc primordiale: ôde aux pouvoirs magiques de l’amour inconditionnel

Je viens de dérouler les super-pouvoirs de la note. Face à ces pouvoirs dévastateurs nous ne somme pas sans ressources.. Mais avec votre amour inconditionnel, et votre capacité à voir et valoriser les réalisations de votre enfant, vous disposez du bouclier adapté.

 

Vous pouvez apprendre à activer votre bouclier en coaching parental ou à donner un cadre à votre enfant en coaching scolaire pour lui permettre de créer son bouclier : l’estime de soi.

 Rappelez vous : 

« La vie notée est à la vraie vie ce que le cheval de bois est au vrai cheval. »

Un jour son esprit créatif et atypique fera de lui un adulte orignal, bourrée de talent et plein de ressources!

 

Alors oui les notes ont des pouvoirs pas supers mais vous avez un super pouvoir illimité qui est votre amour inconditionnel et votre capacité à voir tout ce qu’il y a de beau, créatif, pertinent et joyeux chez votre mini.

Patricia

Découvez le coaching scolaire pour ces profils pour leur permettre de gagner en confiance, en estime et de développer des stratégies respectueuses de leur fonctionnement.

De nouveaux évènement se préparent pour 2020, parents, enfants restez connectés!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

,

 

 

 

 

 

Offrez-vous un temps pour vous ou vos proches!

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *