Coaching Scolaire

Orientation scolaire: ne pas savoir est un signe d’intelligence!

 

Souvent la question de l’orientation professionnelle est source de stress à la maison et de confusion intérieure. 

Certains jeunes savent tout de suite ce qu’ils veulent faire, ils ont une vocation depuis petit qui ne les a pas quitté.

D’autres ont des exemples parentaux ou familiaux très forts qui les orientent fortement dans une direction et ils s’y tiennent. Le temps des questions viendra peut-être par la suite plus tard.

Et enfin il y a ceux qui ne savent pas !

 

C'KOya coaching Parcours Jeune

L’angoisse monte quand on leur demande de formuler des vœux. Les parents sont affolés et me contactent perdus avec cet enfant qui ne veut rien faire, ou ne sait pas quoi faire et qui les désespère tant il est perdu. Certains parents vivent mal le mal-être parfois intense et profond que leur enfant peut vivre face à ce grand néant de l’orientation.

Lors de nos premiers échanges je rétablis ce qui est pour moi une vérité :

« être conscient qu’entre 16 et 23 ans c’est difficile de se fixer des objectifs qui paraissent définitif c’est signe d’intelligence et de conscience de soi ».

En effet, à cet âge il est difficile d’ancrer dans le marbre un métier pour plusieurs raisons :

  • Tout d’abord la liste des métiers disponibles est juste trop longue.
  • Ensuite, ces jeunes ont vu leurs parents rentrer crevés et désabusés de leur journée de travail, le modèle n’est pas encourageant alors pourquoi se fatiguer à choisir une voie quand celle-ci semble vouer à nous rendre malheureux.
  • Choisir c’est renoncer… pourquoi s’enfermer dans une direction et manquer toutes ces opportunités potentielles ?
  • Choisir c’est aussi être capable de se dire, tiens je suis bon là, j’aime faire ça et je suis compétent pour faire telle chose… Cela fait beaucoup surtout lorsque l’on sait que beaucoup d’adultes n’ont toujours pas la réponse à ces questions. Comment aller vers une voie avec motivation si l’on ne s’en sent, d’emblée, pas capable ?

Quand le jeune reçoit l’injonction de choisir un métier qui lui correspond, ça parait simple et plus attrayant mais en réalité s’il n’a pas les outils pour le faire c’est ultra stressant !

Il y a un élément clé dans la phrase : « choisis un métier qui te correspond qui te plait » , et cet élément crucial c’est le « TE ».

Pour choisir, le jeune dois donc faire un comparatif pour vérifier l’adéquation entre ce qu’il est supposé aimer/être et les métiers possibles. Complexe quand on a pas encore pris le temps de se découvrir et de découvrir ses talents, ses motivations et que la confiance n’est pas au rdv. Non ?

Dernier point et pas des moindre, raisonner en terme de métier est aussi frustrant lorsque l’on sait qu’une grande partie de ces métiers seront voués à disparaitre avec les avancées technologiques.

Orientation scolaire C'Koya Coaching

 Alors une fois que l’on a dit tout cela, que fait-on ? Car sans objectif, sans but, sans orientation comment générer de la motivation et du bien-être ?

Premièrement en tant que parent, il serait intéressant de tenter de changer de regard sur le jeune et de lui redonner la parole, la confiance et l’autonomie dont il a besoin quand il les réclame.

Rétablir un lien de confiance est primordial et pour cela le parent peut apprendre à devenir le supporter de son enfant et non plus une source de stress.

Orientation scolaire C'Koya Coaching

Le coaching va permettre au jeune d’avoir un espace de confiance où il prendra le temps de se questionner, de réfléchir et d’explorer des pistes. Sans injonctions, et en confiance il pourra seul et/ou en atelier évoluer vers un avenir qu’il se sera construit et pour lequel il sera motivé.

Lui permettre de prendre conscience que s’orienter c’est s’autoriser un premier pas et qu’ensuite tout reste possible !

Lors d’un coaching d’orientation, nous explorons les valeurs, croyances, motivateurs et les singularités de fonctionnement pour que chacun puisse construire un projet motivant qui fait sens.

Il est primordial d’offrir un espace de parole et de réflexion aux jeunes ayant un besoin de sens très forts : les enfants ayant un TDAH ou étant dit Hauts Potentiel, TSA, Dys…

Certains auront connu des difficultés sociales, et/ou d’apprentissages et leur singularité a bien trop souvent été traitée uniquement sous l’aspect problématique et rarement sous l’aspect potentiel à exploiter. Et, vers 15 à 16 ans on leur demande de faire leurs premiers choix sans aucune confiance et avec une estime bien entamée.

Les parents les voient démotivés, perdus et n’en peuvent plus après des années à chercher des solutions, à courir les rdv médicaux, les soucis semblent ne jamais prendre fin !

Orientation scolaire C'Koya Coaching

Le jeune dit « atypique» aura tendance à se questionner naturellement et aura un fort esprit critique. Pour se motiver il a besoin d’intensité, il a besoin d’avoir envie… tout simplement. Tant que le besoin d’orientation ou l’envie de se construire un avenir ne vient pas de lui avec une raison qui est valable pour lui alors il reste bloqué. (A noter que : faire plaisir à mes parents n’est pas forcément une raison motivante et épanouissante).

Souvent ce blocage est difficile à interpréter car il vient après une accumulation d’années de galère.

Certains jeunes me disent : « Comment choisir à 16 ans une voie » alors que je voudrais faire plein de chose ? », « pourquoi choisir une filière et prendre le risque de passer à côté de quelque chose d’intéressant ? » et pour d’autres ce sera l’abattement devant cette marche trop grande à franchir : «je suis nul », « j’y arriverai pas », « je peux pas », je suis pas assez bon en math pour faire ça » etc…

 

A force d’années à ne pas être dans le moule, dans les clous, il a intégré qu’il n’est pas capable tout court et surtout qu’il n’est pas intelligent. Hors c’est tout le contraire !!!

 

Sa singularité lui offre des « super-pouvoirs » à exploiter.

Plutôt que de voir uniquement l’aspect que l’on pourrait considérer « négatif » de ce fonctionnement je les invite à découvrir et accueillir tout le versant positif bien plus porteur et épanouissant.

Je les amène à considérer ce qu’ils pourraient apporter aux autres, au monde en étant juste naturels et conscient de leur fonctionnement et en quoi celui-ci leur permettra d’être unique.

Ce sont toujours des moments riches et pleins d’émerveillement quand factuellement ils découvrent combien leur mode de pensée est vif, créatif et intelligent et peut leur permettre de s’amuser dans la vie !

 

Pour conclure, ne pas savoir ce que l’on veut faire dans sa vie professionnelle si jeune, c’est normal et vous l’aure compris selon moi c’est le signe de l’intelligence et du niveau de conscience du jeune.
 Lui permettre d’être accompagné pour traverser cette étape et faire ses choix en conscience c’est aussi un signe de grande ouverture et d’accueil des parents dans tout ce que leur enfant a de singulier et de beau.

Découvrez les modes d’accompagnement possibles pour les jeunes, en solo ou en groupe. En face à face ou à distance! Tout est possible!

Alors permettez-vous ou à votre enfant de démarrer cette année bien entourés et sereins!

Patricia

Les accompagnements de l’orientation scolaire

Pour des informations complémentaires

Laissez moi votre message